• A vrai dire, c'est la seule et unique que j'ai réalisée jusqu'à présent !

    J'ai découvert les ATC dans un article de Marie-Claire Idées je crois et ça m'a tout de suite séduite. Mais l'intérêt est d'échanger ou collectionner ces petites cartes textiles en lien avec d'autres accros...

    Toujours est-il que je me suis bien amusée à composer ce "Coeur de printemps" et que si l'occasion se représente, je recommencerai avec joie.

    Blogmarks Pin It

  • Dans ma série des boîtes recyclées, je vous présente la boîte dans laquelle je range les cartes routières. Une boîte "vacances" en quelque sorte !

    Il s'agit d'une boite à chaussures recouverte de vieux plans ou cartes publicitaires agrémentées de petites images... le tout plastifié pour une meilleure protection.

    Blogmarks Pin It

  • refrain

     

    café du matin

    ou parfum du soir

    odeurs du jardin

    comme un encensoir

    d'infimes bonheurs

    qui rythment la vie

    résonnent en mon coeur

    entraînant l'oubli

    soucis et chagrins

    ont quitté mon âme

    car d'autres refrains

    aujourd'hui la charment

    fraîcheur de l'averse

    douceur de ces bruits

    quand le ciel déverse

    son rideau de pluie

    un chat au soleil

    s'étire en baillant

    plaisir sans pareil

    être nonchalant

    complice épatant

    ou ami discret

    sourire éclatant

    timide ou secret

    un sourire enfin

    fait naître toujours

    l'ultime refrain

    qui éclaire mes jours

     

    le 1er juin 2001

    Blogmarks

  • J'ai toujours adoré porter des salopettes ! C'est un vêtement que je trouve pratique (quoique...) en tout cas très confortable.

    J'en ai eu de toutes sortes mais la plupart en jean : rose, noir, bleues...

    Et puis, j'ai eu envie de m'en confectionner une bien à moi, personnalisée (on ne parlait pas encore de "customization" !) avec des tissus que j'aimais bien. Avec l'aide de ma mère pour le patron, nous avons obtenu ceci :

    Bon, je ne rentre plus dedans et certaines pièces de tissu trop fin se sont déchirées mais je la garde encore en souvenir !

    Blogmarks Pin It

  • Bonjour,

    Je poursuis l'exploration de mon carton à dessins avec un des collages dont j'étais le plus contente à l'époque :

    Un collage sur la parole

    Je pense qu'une image en appelant une autre, j'ai brodé sur le thème du langage. Langage fleuri, langues étrangères, chant, onomatopées, mots d'enfants...

    Blogmarks Pin It

  • Toujours dans ma série des collages, je vous présente aujourd'hui une image inspirée par un personnage du roman "Von Köln, Chroniques de la Vallée des Larmes".

    Flumaris : un Elfe déraciné

    Parmi les jeunes aventuriers que Von Köln a rassemblés autour de lui afin de lutter contre les créatures des Ténèbres, se trouve Flumaris. C'est un Elfe qui, une fois coupé de ses Runes, a été banni de sa communauté puis rejeté par les habitants de la cité dans laquelle il s'était réfugié.

     

    Timoré au début de l'histoire, perdu et marginal, sa place au sein de l'équipe des aventuriers va lui redonner confiance et l'aider à s'affirmer face aux autres.

    J'aime beaucoup ce personnage car c'est un de ceux qui évoluent le plus dans ce premier tome. Il va développer des talents d'archer bien sûr mais aussi des pouvoirs liés au feu (ce qui est moins ordinaire pour un Elfe...) ce qui ne manque pas de déclencher des échanges assez cocasses avec les étrangers qu'il croise.

    Si vous voulez en lire un aperçu, rendez-vous .

    Blogmarks Pin It

  • Bonjour !

    Je vous montre un collage que j'ai ressorti de mes cartons :

    Un collage : belle dame

    Pour moi, il s'agit de "la belle dame rousse à la toque"...

    Souvent, je ne sais même pas ce que l'image va représenter au final ; elle se construit au fur à mesure, une forme ou une couleur en attirant une autre... C'est un bricolage très intuitif qui laisse une large place à la rêverie : tout ce que j'aime !

    Blogmarks Pin It

  • j'ai...

     

    la nuit semblait trop belle

    l'espoir était si doux

    le vie planait sur elle

    le soir était à nous

     

    la magie de l'instant

    étoilait ses pupilles

    et dans mon firmament

    désormais il scintille

     

    un sourire, sa douceur

    et la sérénité

    vont envahir mon coeur

    et c'est inusité...

     

    combien de fois encore

    le souffle de sa voix

    en tissant ses accords

    m'enchaînera ainsi ?

     

    mais aujourd'hui, demain

    qu'importe l'occasion

    qu'importe son chemin

    je suis riche à millions

     

    le bonheur, ce cliché

    comme une plénitude --

    le temps que l'on élude

    a fixé son épreuve

     

    ...la nuit semble si belle

    ce soir était si doux

    la vie plane, éternelle

    et son pouvoir est tout...

     

    le 12 janvier 2001

    Blogmarks

  •  

    J'ai toujours adoré les images que je découpe dans des magazines et dont les tiroirs de mon bureau débordent...

    Je pioche dans cette réserve pour illustrer mon courrier, couvrir des boîtes ou réaliser des collages au gré de mon humeur.

    Merryl : héroïne de Fantasy

     

    Voici l'exemple d'un collage inspiré du personnage de Merryl dans Von Köln dont j'ai parlé dans la rubrique Lectures.

    Merryl est une dryade arrachée à son élément, littéralement "déracinée". Dans le roman, elle trouve une place parmi les hommes en suivant la formation des Dames Blanches, soigneuses et femmes de paix.

    Vous pouvez voir la présentation que l'auteur en a fait sur son site, et si le thème des dryades vous inspire vous pouvez lui proposer vos propres illustrations féériques...

    Blogmarks Pin It

  • Silence

    En marge de la vie grouillent d'étranges morts

    Des limbes oubliés d'où nul ne les dérange

    Décalés, ignorés, rejetés sans remords

    Simples ou handicapés : ce sont les nouveaux anges

     

    Différents de nature et comme trop sensibles

    On les juge toujours à l'écart d'une norme

    Délicates ratures que l'odieux prend pour cible

    Rassuré par l'applomb de sa bêtise énorme

     

    Ceux qui ont tous les droits et aux autres les torts

    Se permettent de rire en nous montrant du doigt

    Mais Silence gribouille à ces êtres sans voix

    Qu'ils ne sont ici-bas que pantins sans ressort.

     

    le 10 juillet 2000

     

    Poème inspiré par la bande dessinée "Silence" de Comès

    Blogmarks Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique