•  

    J'ai emprunté ce roman pour ados à la médiathèque.

    C'est un récit qui m'a beaucoup plu, publié chez Actes Sud junior.

    Double jeu de Jean-Philippe Blondel

    Le héros, Quentin, s'est fait renvoyer de son lycée de banlieue et le proviseur lui offre une seconde chance en l'inscrivant en première littéraire au lycée du centre-ville. L'adolescent cherche à faire oublier son comportement insolent et reste discret mais ne fournit aucun effort et ses résultats scolaires sont au plus bas. Jusqu'au jour où en classe de français, il ose répondre à LA Fernandez, professeur de français adulée par les élèves de l'option théâtre dont elle est la responsable. A partir de là, Quentin va devoir intégrer l'option théâtre car le professeur, sentant son potentiel, lui attribue le rôle principal de la pièce de théâtre du spectacle de fin d'année. L'adolescent découvre une facette de sa personnalité qu'il ignorait et se laisse séduire par le théâtre. Il se rapproche ainsi de ses partenaires de jeu, la belle Julie et Heathcliff, qui vont l'initier en quelque sorte aux codes de la société « du centre-ville » si différente des copains de son quartier.

    Dans la lignée de ma lecture de « 3000 façons de dire je t'aime » c'est un superbe texte sur l'amour du théâtre mais aussi sur l'amour et l'amitié à l'âge adolescent. Il y a une très belle relation pédagogique avec la professeur de théâtre et j'ai trouvé l'évolution du personnage principal passionnante.

    Je n'ai pas réussi à lâcher ce livre que j'ai lu d'une traite !

    (à partir de 14 ans je pense)

     

    Blogmarks Pin It

  •  

    Ce roman jeunesse illustré (par Jim Kay) m'a été conseillé par une collègue. Il a par ailleurs reçu le Prix des Imaginales en 2013. On peut certainement le classer dans le genre fantastique mais pour moi il s'apparente plus à un conte initiatique sombre et teinté de fantastique mais abordant un thème très concret et profond : faire face à la maladie et la mort proche de sa mère pour un ado...

     

    Quelques minutes après minuit de Patrick Ness

     

    Il y a peu de suspense là-dessus d'ailleurs car on comprend très vite la situation même si elle n'est exposée que par bribes à travers le quotidien et le ressenti du héros, Conor. Ce dernier prend énormément sur lui, vivant seul avec sa mère, pour affronter chaque jour, se chargeant des tâches ménagères qu'elle ne peut plus accomplir, affaiblie par le cancer. Mais aussi en butte aux brimades d'un autre collégien qui profite de sa faiblesse psychologique pour le harceler.

    Et surtout il y a les cauchemars, ou plutôt LE cauchemar, évoqué dès les premières pages mais décrit uniquement à la fin. Et la venue d'un monstre en forme d'arbre, l'if du cimetière voisin, qui s'apparente à un cauchemar mais laisse des traces réelles au petit matin.

    C'est par le dialogue que l'adolescent entretient avec cet arbre que la situation va évoluer ou plutôt la réflexion et les sentiments du héros face à cette situation qui évolue. Va-t-il accepter d'aller provisoirement habiter chez sa grand-mère qu'il n'aime pas ? Son père va-t-il revenir et jouer son rôle de protecteur ? Va-t-il trouver comment faire cesser cet insupportable harcèlement qu'il refuse de dénoncer aux professeurs ?

    C'est un livre dur à lire émotionnellement car très sombre et oppressant ce qui peut expliquer le choix de cette forme fantastique. Mais c'est un très beau livre par sa façon originale de traiter le sujet et de le faire comprendre.

     

    Je pense qu'il peut être lu à partir de 12 ans.

    Blogmarks Pin It

  •  

    J'avais bien aimé d'autres titres du même auteur et celui-ci attendait dans ma Pile à Lire.

     

    Les yeux dans les arbres de Barbara Kingsolver

     

    L'histoire s'étale sur une quarantaine d'année et elle est racontée de plusieurs points de vue par les femmes membres d'une même famille, une mère et trois de ses filles.

    Orléanna, la mère, est l'épouse du pasteur Price qui a accepté une mission au Congo à la fin des années 50. Il y a entraîné non seulement sa femme mais aussi leurs quatre filles dont la plus jeune a peut-être 4 ou 5 ans. Il y a Rachel, l'aînée, quinze ans, qui accorde énormément d'importance à l'apparence et les jumelles Léah et Adah, cette dernière souffrant de mutisme et d'un handicap moteur dû à une atrophie de certaines parties de son cerveau (?).

    On suit tout d'abord leur installation au village de Kilanga et leur découverte de la misère dans laquelle vivent les indigènes, tiraillés par la faim, une terre ingrate et une forte mortalité. Nathan Price est un idéaliste déconnecté de la réalité qu'il cherche à tout prix à conformer à son idée. Ses tentatives d'évangélisation se heurtent à d'autres croyances d'une part mais aussi à une mauvaise appréhension de la langue et de la culture locale.

    Il y aura des catastrophes, la mort de la plus jeune des filles, la séparation des sœurs à l'âge adulte et des choix de vie différent mais toutes, comme leur mère vont être marquées par l'Afrique et ses quelques années où elles auront côtoyé la mort et d'autres valeurs que celles de la culture américaine.

    J'ai énormément aimé ce texte si riche et complexe, bien écrit, et suivre l'évolution du caractère et de l'existence de cette famille, de cette fratrie (je ne sais pas si un terme similaire existe pour uniquement des sœurs à part sororité). L'histoire d'Orléanna depuis sa rencontre avec son pasteur de mari et son dévouement jusqu'à la mort de sa benjamine Ruth May. La relation particulière entre les jumelles si différentes mais brillantes, intellectuellement, chacune à leur manière ; leurs engagements d'adultes, la relation de Léah à cette partie de l'Afrique, ses peuples et leur histoire, la relation d'Adah aux mots, au corps, à la foi et à la vérité.

    Mon résumé n'est pas très détaillé quant au récit car il est tellement touffu que ça ne rendrait pas compte de sa richesse. C'est en tout cas un livre qui ne laisse pas indifférent, suit le lecteur et le hante, suscitant pas mal de sujets de réflexion. Je ne peux que vous le conseiller chaudement !

     

    Blogmarks Pin It

  •  

    J'ai reçu ce roman pour ados (Young Adults...) dans le cadre de la dernière Masse Critique sur Babelio. Du même auteur j'avais déjà lu "Dans la peau d'une autre" (mais je n'ai fait le rapprochement qu'après !).

     

    Les substituts de Johan Heliot

     

    La couverture ne m'attirait pas spécialement (je ne la trouve d'ailleurs pas forcément réussie et ce n'est pas l'image qui m'est venue à l'esprit en lisant le livre) mais plutôt le résumé synthétisé par cette accroche sur la couverture « On a fait d'eux des ignorants... elle veut les libérer ».

     

    Les substituts de Johan Heliot

     

    Il s'agit de science-fiction qui se déroule dans notre monde qu'on imagine dans le futur après une grande catastrophe. La société a été réorganisée et se décline en quatre ou cinq castes bien distinctes : les Substituts, les libres-employés, les Hauts, les Très Hauts et ceux du Quartier Noir.

    L'héroïne, Tya, ouvre le récit avec son entrée dans la vie active lorsqu'elle a 14 ans. C'est une Substitut qui vit dans le Parc avec sa mère et son petit frère depuis la disparition de son père. On comprend rapidement en la suivant prendre le camion qui les mène au Centre de Recrutement puis à l'entrée de la ville où ils entrent pour travailler, que les Substituts ont un vocabulaire et une compréhension limités mais une grande résistance physique. Leurs sont confiés des travaux de force principalement pour les hommes et des tâches répétitives, de service, ingrates ou sales pour les autres. Tya a la chance d'être choisie pour aller travailler chez l'Administrateur Arken comme aide-ménagère en quelque sorte. Elle est avide de tout ce qu'elle voit et ne connaît pas et pose des questions qui ne sont d'ailleurs pas bien accueillies. Elle découvre également la haine que toutes les autres castes semblent vouer aux siens.

    Elle ressent par ailleurs un phénomène étrange dans son esprit qui lui semble s'éclairer au fur et à mesure et s'enrichir mais son employeur laisse entendre que cela n'a aucune importance et qu'elle aura tout oublié le lendemain...

    Le cœur de l'histoire réside en fait dans une anomalie : Tya n'est pas comme les autres Substituts et son raisonnement de plus en plus aiguisé va la pousser à chercher un moyen d'agir sur les siens pour les sortir de leur condition d'esclave réduit à la misère. Elle sera curieusement aidée par le fils de l'Administrateur, intégrera brièvement un clan du Quartier Noir, rencontrera les déchus puis les Très Hauts. Au fil de ce parcours, elle apprendra enfin l'Histoire de la catastrophe en même temps que la sienne propre et bien singulière.

    J'ai adoré ce roman que j'ai trouvé bien écrit et intelligemment construit avec un bon équilibre entre l'intrigue un peu sentimentale et le cœur du sujet d'anticipation. On s'attache au personnage de Tya et sa curiosité d'en savoir plus, sa volonté de changer les choses pour les rendre plus justes. J'ai trouvé très intéressants son évolution et son parcours.

     

    A lire !!! (possible à partir de 12 ans je pense)

     

    Blogmarks Pin It

  •   Le carnet de Groku de Sophie Laroche



    J'ai reçu ce roman pour ados dans le cadre de la dernière Masse Critique sur Babelio. Ce n'est ni le titre ni la couverture qui m'ont attirée mais la mention dans le résumé qu'il y serait question de l'usage d'internet et des blogs par les adolescents.

     

      Le carnet de Groku de Sophie Laroche


    Tout débute lorsque l'héroïne, Manon, qui complexe à cause de son surpoids, se fait photographier à son insu dans les vestiaires de la piscine et que la photo de ses fesses fait ensuite le tour du lycée via les téléphones et les réseaux sociaux.

    C'est le déclic et de rage elle ouvre un blog affichant cette photo sous le pseudo « Groku » dont elle s'est rebaptisée, décidant de chercher à lutter contre son poids. Et cela devra commencer par la gestion de sa relation boulimique au chocolat qui jusqu'à présent était sa principale source de réconfort. Par le biais du blog, Groku va être contactée par Kilodrame qui lui soumet une stratégie qui lui a permis de perdre du poids dans un contexte similaire.

    Vont suivre une liste d'ingrédients que Manon va bannir de son alimentation en les consignant dans son carnet magique mais cela n'est pas sans conséquences...

    En perdant du poids sa vie sociale va évoluer : invitée à une soirée d'anniversaire, elle va se rapprocher de Thomas qu'elle aime en silence depuis des mois sans avoir jamais osé lui parler ; des filles de sa classe qui la regardaient avec moquerie vont la reconsidérer mais...

    Je ne veux pas trop en révéler même si l'on peut deviner certaines choses. En tout cas la relation amoureuse avec Thomas est traitée avec sensibilité et finesse et la relation amicale avec Raphaëlle est aussi très intéressante. L'identité et l'histoire de Kilodrame que l'on finit par apprendre apporte aussi un contrepoint à ce récit finalement basé sur un régime et la volonté de l'adolescente qui l'entreprend.

    J'ai découvert un très bon livre que je trouve bien écrit et qui aborde finalement de nombreux thèmes avec justesse. Je l'ai lu d'une traite et me suis beaucoup attachée à Manon.

    Je suis entièrement d'accord avec la 4ème de couverture qui annonce « Ceci n'est pas un roman sur l'anorexie. Ni sur la boulimie. C'est une histoire de vie. »

    Blogmarks Pin It

  •  

    J'ai emprunté ce roman pour ados à la médiathèque car j'aime beaucoup les livres de cet auteur d'habitude... et je n'ai pas été déçue.

    3000 façons de dire je t'aime de Marie-Aude Murail

     

    C'est l'histoire de trois jeunes gens, deux garçons et une fille, qui ont suivi une scolarité parallèle avant de se rapprocher au sein d'un club théâtre et en se retrouvant au Conservatoire d'Art dramatique. Ils apprennent alors à mieux se connaître et vont s'épauler tout au long de l'année en préparant des auditions.

     

    Chloé est une très bonne élèves sérieuse inscrite en Prépa dont les parents désapprouvent l'intérêt pour le théâtre. Bastien est fils de commerçants, comique dans l'âme et bien décidé à devenir acteur pour divertir les petites gens qui rentrent fatigués le soir à la maison et s'écroulent devant la télévision. Quant à Neville, il a le parfait profil du premier rôle romantique et a découvert le plaisir de déclamer des vers dont les émotions le bouleversent mais , élevé seul par sa mère qui fait des ménages, il n'a pas la moyens de payer des cours et vole les livres dont il doit travailler le texte.

     

    Tous trois sont recrutés dans le cours du prestigieux M. Jeanson qui va les pousser à s'inscrire au concours d'entrée du Conservatoire de Paris. Au contact les uns des autres, ils vont développer de nouvelles compétences et qualités : pour certains apprendre son texte, pour d'autres parler suffisamment fort, leur professeur ne cessant de leur rappeler que le théâtre se répète en groupe et non seul face à un miroir, c'est un art de la réplique.

     

    Bien évidemment Bastien est amoureux de Chloé qui frissonne au contact de Neville... mais c'est avant tout une très belle histoire d'amitié. Il y a aussi la petite sœur de Chloé chez laquelle ils répètent dont j'ai beaucoup aimé le personnage.

     

    Une excellente lecture, sensible, tendre et drôle à la fois par moments sur le monde du théâtre.

     

    Blogmarks Pin It

  • Une chouette découverte que ce roman pour ados qui est le premier d'une série dont j'ai hâte de lire la suite.

    Je n'étais a priori pas spécialement tentée par ce titre en pensant que je risquais de trouver cette histoire de fantômes « gnangnan » (comme la mode des histoires de vampires à laquelle je n'accroche pas...). Mais j'ai découvert un univers tout autre.

    L'intrigue de déroule dans une ambiance qui m'a rappelé à la fois les romans d'Agatha Christie et le jeu Cluedo.

    Ava préfère les fantômes de Maïté Bernard



    L'héroïne, Ava, est une lycéenne (?) française qui vient passer les vacances chez son oncle (frère de sa mère) sur l'île de Jersey. Ce dernier vit dans un manoir dans lequel il inaugure l'exposition d'un trésor viking trouvé sur son terrain. Mais dès le premier chapitre on apprend que l'héritière de l'homme à qui appartient ce trésor (celui qui l'a découvert) vient d'être assassinée !

    Et l'on comprend rapidement qu'Ava ne voit pas la mort comme tout le monde ou plus exactement qu'elle voit des morts là où personne ne les remarque. Ce don lui est apparu alors qu'elle avait trois ans mais elle n'a cessé depuis de le cacher en essayant de l'ignorer car personne ne la croit et elle ne veut pas passer pour folle. Elle voit néanmoins des morts (ou leur fantôme qui est une autre manière de nommer ce phénomène) partout où elle croise leur chemin.

    Le déroulement du récit avance à la recherche du meurtrier qui va tuer d'autres occupants du manoir en lien apparemment avec le trésor exposé mais en parallèle on suit avec intérêt les relations que l'héroïne va nouer un peu malgré elle avec des fantômes, faisant avancer l'enquête grâce à des indices que ceux-ci lui communiquent.

    J'ai adoré !!! Suivre l'enquête sans réussir à deviner avant que ne soit dévoilé le fin mot de l'histoire mais aussi suivre le développement autour du personnage d'Ava qui va en apprendre plus sur son don. Et puis il y a le pacte qu'elle conclue avec le plus vieux fantôme viking de l'île qui s'initie à internet.

    C'est vraiment une réussite et je n'ai pas pu lâcher le livre avant la fin.


    Blogmarks Pin It

  •  

    J'ai emprunté le dernier volet de la trilogie à la médiathèque.

    No pasaran, endgame de Christian Lehmann

     

    Alors que le père d'Andreas tente d'effacer les traces de son fils disparu et sa fascination pour le nazisme, le frère d'Eric, Gilles, rentre de mission-reportage en Irak. Pendant les vacances d'été, Thierry poursuit son stage en milieu hospitalier. Eric et Thierry ne peuvent plus accéder au jeu mais, ayant récupéré la disquette de l'ancien ordinateur d'Andreas et après avoir discuté avec Gilles de sa découverte des méthodes de recrutement de l'armée américaine, ce dernier décide de partir sur les traces d'Andreas au moment de la rafle du Vél'd'hiv.

     

    Cette fois-ci un plus grand nombre de personnes vont être impliquées dans l'histoire, mêlant leurs enjeux personnels à la recherche d'Andreas en vue de l'empêcher de faire des dégâts dans l'Histoire dont il connaît le déroulement. Un sujet qui ancre bien le roman dans la science-fiction.

     

    De nouvelles thématiques complexifient l'intrigue mais ce n'en est que plus passionnant ! J'ai réellement adoré cette lecture et la manière intelligente dont tout s'articule jusqu'à la fin !!!

     

    J'avais été contente avec le tome 2 que l'histoire se poursuive avec une mise à jour de l'intrigue au niveau de l'évolution des technologies et cela se confirme avec ce roman également. L'intrigue, outre sa part historique pendant la seconde guerre mondiale et plus précisément l'Occupation, est bien inscrite dans notre époque, abordant des sujets et des polémiques actuels et faisant aussi référence à des conflits géopolitiques plus récents. En revanche j'ai trouvé que le public ciblé devait être plus âgé que celui auquel j'aurais conseillé le tome 1.

     

    Blogmarks Pin It

  • Bye bye les complexes de Sabine Duhamel et Pacotine

    Dans le cadre de la dernière Masse Critique organisée par Babelio, j'ai reçu cette bande dessinée de le collection « Mes psychoBD » publiée aux éditions Jungle !

     

    Bye bye les complexes de Sabine Duhamel et Pacotine

     

    L'idée de cette collection est d'utiliser le support de la bande dessinée pour présenter de manière simple des concepts psychologiques. Il est question ici des complexes mais plus largement d'estime de soi, de prise de confiance et de revalorisation personnelle.

    Il n'y a donc pas vraiment d'histoire ; nous sommes plus dans l'explicatif que le narratif.

    Il y a néanmoins des personnages dont l'exemple, auquel on peut s'identifier, doit nous permettre de comprendre ce que sont les complexes et comment les surmonter ou les contourner.

    Ces personnages, exclusivement féminins, nous sont présentés dès la première page (et l'intérieur de la couverture également) : Caroline qui est complexée par son physique et son poids, Anna qui aimerait s'affirmer davantage, Sarah qui manque de confiance en elle, Naïma qui rougit tout le temps et Emma qui voudrait que tout soit parfait tout le temps. Elles sont infirmières, avocate, enseignante ou femme au foyer.

    A travers des exemples de situations concrètes de la vie quotidienne (à la piscine, lors d'un rendez-vous, en réunion de travail...) l'auteur suggère à ses héroïnes des manières d'aborder les événements sous un autre angle afin de prendre de l'assurance.

    J'ai trouvé l'idée d'allier des conseils psychologiques à une illustration plutôt humoristique intéressante et originale.

     

    C'est donc une lecture agréable mais le choix de ne s'adresser qu'à un public féminin avec uniquement des exemples féminins me gêne et une version mixte gagnerait en universalité car les complexes et les questions psychologiques concernent sans doute aussi les hommes...

    Blogmarks Pin It

  •  

    Jeanne cherche Jeanne de Martine Delerm

    Jeanne est l'héroïne de ce roman en forme de journal intime. C'est une adolescente qui vit dans un foyer avec d'autres enfants placés. Son cas est particulier car elle n'a pas de famille. Tout du moins pas de famille connue. Jeanne a été trouvée inanimée dans une rue de Paris alors qu'elle avait 10 ans, elle est restée 3 mois dans le coma et lorsqu'elle s'est réveillée, elle ne se souvenait de rien. Personne n'a signalé la disparition d'un enfant, personne ne l'a recherchée...

     

    Quatre ans ont passé et Jeanne souffre de son amnésie : ne même plus se souvenir de son nom (Jeanne était écrit à l'encre à l'intérieur de la trousse en cuir trouvée dans son sac lors de son accident). Le personnel hospitalier et la directrice du foyer la suspectent même de mentir et jouer la comédie ; ils pensent qu'on ne peut pas tout avoir oublié de la sorte.

     

    Heureusement, au collège, personne ne connaît son histoire et elle a quelques amis dont le beau Théo qui joue de la guitare. Il y a aussi Mélody et Luce qui vivent au foyer également et fréquentent de même collège. Et puis Marie, l'éducatrice, qui, un soir, lui donne une piste en lui parlant d'un dossier à l'infirmerie dans lequel sont consignées toutes les informations à son sujet...

     

    J'ai beaucoup aimé le récit de cette quête d'identité. C'est aussi une belle histoire d'amitié et d'entraide.

     

     

     

    Blogmarks Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique