• Je ne suis pas Eugénie Grandet de Shaïne Cassim

    Shaïne Cassim est un auteur que j'aime beaucoup et dont les textes ne peuvent laisser indifférent.

    J'ai retrouvé ici l'émotion brute et la sensibilité qui m'avaient marquée dans Un jour mon prince, Sa seigneurie ou encore plus récemment  Jolene.

     

    Je ne suis pas Eugénie Grandet de Shaïne Cassim



    L'héroïne est une lycéenne, Alice, qui entretient une grande complicité avec sa grande sœur Anne-Louise, costumière de théâtre, jeune femme extravagante et affectueuse. Elles ont été élevées seules par leur père, médecin, depuis que leur mère les a abandonnées... d'où sans doute leur rapprochement. Le récit tourne autour de plusieurs points. Il débute par la visite d'une exposition de Louise Bourgeois au cours de laquelle Alice prend conscience qu'elle ne veut pas finir sa vie aussi tristement qu'Eugénie Grandet. C'est là qu'Alice y fait la connaissance d'Alphonse, jeune lycéen-fleuriste pragmatique dont elle va tomber amoureuse. Il y a aussi la pièce de théâtre pour laquelle travaille Anne-Louise et Max son fiancé de metteur en scène d'origine russe : « La Cerisaie » et enfin l'histoire de sa grand-mère des deux sœurs, la propre mère de celle qui les a abandonnées, qu'elles ne voient qu'une fois l'an pas obligation mais dont elles vont soudainement se rapprocher. L'ensemble est très fort comme toujours, à fleur de peau, et très beau mais je ne le conseillerais pas avant 15 ans pour en comprendre tous les enjeux même si un bon lecteur de 13 ans peut sans doute le lire. Les questions existentielles qui traversent le texte sont vraiment traitées avec intelligence et brio.

     


    Tags Tags : , , , , ,