• Sauve-toi, la vie t'appelle de Boris Cyrulnik

    Une amie m'a offert ce livre pour Noël après que nous ayons entendu ensemble une interview de l'auteur, neuropsychiatre, à la radio.

    Il se trouve, tout à fait par hasard (?), que je l'ai lu à la même période que le livre de Maurice Rasjfus et peu après la relecture de « La Guêpe » de Charlotte Goldberg qui ont comme point commun d'évoquer des enfances juives sous l'Occupation. Mais la forme des trois ouvrages et leur angle d'attaque sont très différents.

    Sauve-toi, la vie t'appelle de Boris Cyrulnik

    Ce récit évoque bien les souvenirs de l'auteur qui, âgé de six ans, a échappé à la déportation et a été sauvé et protégé par une succession de rencontres (ce qui est également évoqué par l'auteur de « Chaque pierre a son histoire » et par Charlotte Goldberg). Mais ceux-ci sont régulièrement mis en parallèle avec l'expérience professionnelle du neuropsychiatre au contact d'enfants victimes de traumatismes. C'est passionnant de découvrir comment fonctionne la psychologie de l'enfant pour se protéger et survivre à des situations horribles.

     

    J'ai été très étonnée de lire comment Boris Cyrulnik n'a découvert « son passé » que fortuitement et après plusieurs dizaines d'années !!!

     

    Les thèmes de la parole, du secret, du silence, de l'histoire personnelle enfouie, sont brillamment développés. Je n'avais jamais envisagé la question sous cet angle mais l'auteur explique comment il est parfois impossible de raconter quelque chose d'horrible qu'on a vécu parce que les gens ne peuvent le croire et comment il s'est trouvé « coincé » entre deux types de réaction de ses interlocuteurs : la suspicion de mensonge s'il parle et la suspicion de cacher un secret inavouable s'il se tait ! C'est vraiment un livre à lire non seulement pour ce témoignage mais aussi pour toute la réflexion que ça ouvre autour.


    Tags Tags : , ,