• J'aime généralement beaucoup les romans d'Anne Fine qu'on trouve surtout publiés à l'Ecole des Loisirs.

    Dans "Comment écrire comme un cochon" (tout un programme pour la brouillonne que je suis !), le jeune Chester arrive dans sa nouvelle école et découvre avec horreur que ses camarades sont tous des élèves modèles (la quatrième de couverture annonce "Ici, les élèves semblent tous décérébrés, tellement ils sont mièvres, ici l'humour n'existe pas. Mlle Tate, l'institutrice, toute dégoulinante de sourires, accorde le droit d'effacer le tableau pendant une semaine comme elle offrirait un fabuleux trésor.").

    Survivra-t-il a pareil enfer ?

    Heureusement qu'il y a son voisin de pupitre, Joe. C'est "le plus phénoménal des cancres" qui vit dans les tâches d'encre et l'ignorance crasse avec un naturel désarmant. Chester va se donner pour mission de redonner un peu d'humanité et de dignité à ce garçon en lui apprenant les rudiments de l'organisation scolaire. Lui, l'élève qui n'aime pas l'école va déclencher des trésors d'ingéniosité pour faire en sorte que Joe puisse présenter un pupitre et un cahier "normaux" à la fin de l'année.

    C'est un roman (à partir de 11 ans) drôle et tendre comme je les aime. Si vous ne le connaissez pas, si vous avez un coup de blues, courez vous le procurer à la bibliothèque ou chez votre libraire, c'est de la bonne humeur concentrée !!!

    Blogmarks Pin It

  • Je continue avec un autre roman de Lois Lowry dont décidément j'aime les livres aux univers imaginaires (elle est aussi l'auteur de la série des Anastasia qui évoque le quotidien d'une adolescente américaine avec ses petits soucis et ses interrogations sur un mode plus humoristique et léger).

    "Le passeur" se déroule dans un monde futuriste où la guerre, la pauvreté, le chômage ou encore le divorce n'existent pas. Pour reprendre le descriptif de la quatrième de couverture "Les inégalités n'existent pas. La désobéissance et la révolte n'existent pas. L'harmonie règne dans les cellules familiales constituées avec soin par le comité des sages. Les personnes trop âgées, ainsi que les nouveaux-nés inaptes sont "élargis", personne ne sait exactement ce que cela veut dire."

    Dans cette société "parfaite", les enfants qui atteignent l'âge de 12 ans se voient attribuer une fonction dans la communauté qui dépend des qualités et compétences de chacun observées par les adultes.

    C'est ainsi que Jonas va devenir l'apprenti du dépositaire de la mémoire. C'est une fonction unique car le dépositaire de la mémoire est la seule personne de la communauté à savoir "comment était le monde, des générations plus tôt, quand il y avait encore des animaux, quand l'oeil humain pouvait encore voir les couleurs, quand les gens tombaient amoureux"...

    Cet appel à réfléchir sur l'importance de la mémoire et aux limites d'une société "zéro risque" terriblement aseptisée et triste dans sa perfection m'a beaucoup marquée et c'est un roman très fort.

    Publié à L'Ecole des Loisirs, ce roman s'adresse à de bons lecteurs (à partir de 14 ans).

    Blogmarks

  • Bonjour !

    Aujourd'hui je voulais vous présenter ce livre que j'ai dévoré il y a quelques années et que je recommande dès que j'en ai l'occasion. Il s'agit de "L'élue" de Lois Lowry.

    C'est l'histoire de Kira qui vit dans une société (de type médiéval comme nombre de romans de fantasy) autocratique où la différence mais surtout le handicap sont exclus. La quatrième de couverture annonce "un monde archaïque et violent qui rejette les faibles". Toute personne trop âgée ou présentant un problème physique est bannie de la communauté.

    Il y a néanmoins des exceptions et Kira en fait partie. Elle a été remarquée par le Conseil des Seigneurs pour son don exceptionnel pour la broderie qu'elle a hérité de sa mère. Elle cultive des plantes pour faire des teintures et obtenir des couleurs spéciales et maîtrise l'art de faire vivre ses motifs. C'est donc elle qui a été choisie (malgré sa patte folle) pour restaurer et achever la fabuleuse Robe sur laquelle est inscrite toute l'histoire de son peuple.

    C'est un roman sombre à l'atmosphère inquiétante mais son héroïne et d'autres personnages qui vont l'aider offrent un espoir de changement. Une fois entrée dans cet univers fascinant en tout cas il devient impossible de lâcher le livre !

    Publié chez Gallimard jeunesse, il convient à des lecteurs à partir de 13 ou 14 ans.

    On retrouve un contexte identique et une trame parallèle dans un autre roman du même auteur "Messager". Cette fois, le héros nous fait découvrir le Village où se retrouvent les personnes bannies de la Communauté. Il y est question de l'organisation d'une nouvelle société plus juste, de tolérance et de peur... Une bonne suite qui peut se lire indépendamment mais peut permettre de rester dans cet univers fictif qui nous amène à réfléchir sur notre propre société et nos comportements comme presque toujours dans la "bonne" littérature pour la jeunesse. "Messager" de Loïs Lowry a été publié dans la collection Médium à l'Ecole des Loisirs.

    Blogmarks Pin It

  • Marie-Aude Murail est un auteur que j'apprécie beaucoup. J'ai aimé suivre les aventures d'Emilien le héros de la série "Baby-sitter blues". Et j'ai retrouvé la tendresse et l'humour de son écriture dans un de ses romans plus récents : "Simple" publié à l'Ecole des Loisirs dans la collection Médium.

    C'est l'histoire d'un adolescent de 17 ans qui prend en charge son grand frère "handicapé mental". On le voit se dépatouiller dans la vie quotidienne et les démarches administratives, seul dans une grande ville où il va au lycée et où il doit réparer les bévues de son attendrissant aîné. Ce dernier est un grand bébé dans un corps d'homme qui joue et communique par le biais de sa peluche "Monsieur Pinpin". Ce qui est très drôle ce sont toutes les interrogations naïves que l'on peut attendre dans la bouche d'un enfant et qui sont formulées dans ses conversations avec la peluche.

    Bref c'est un livre qui fait sourire et parfois rire mais qui m'a aussi touchée car c'est un plaidoyer pour l'intégration des personnes "différentes".

    A lire à partir de 13 ans.

    Blogmarks

  • Je viens de finir ce roman auquel j’ai vraiment accroché. Il fait partie de ces titres qui nous apportent un petit « plus », un supplément d’âme comme on dit.

     

     

     

    C’est l’histoire croisée d’une concierge, qui s’amuse à camoufler son intelligence et sa culture sous des dehors rustres, et d’une fillette surdouée qui habite son immeuble. Un des intérêts qui les rapproche est le Japon… et justement un nouveau locataire arrive, un certain M. Ozu originaire de cette nation.

     

     

     

    Il s’agit d’un roman drôle, enlevé, au style légèrement baroque (j’entends par là que les phrases prennent parfois plaisir à s’allonger et se tordre de façon inattendue) mais traversé de pensées profondes et surtout porteur d’un regard extrêmement incisif sur notre société contemporaine et ses tics.

     

     

     

    C’est une lecture dont on ne peut sortir tout à fait neutre. On prend forcément position (et a priori si on continue à le lire, on approuve les jugements des héroïnes sur le monde).

     

     

     

    Ce roman, « L’élégance du hérisson » a été publié chez Gallimard nrf.

    Blogmarks

  • J’ai emprunté à la médiathèque le début d’une série de mangas intitulée « Chobits ».

     

     

     

    Dans un Japon d’anticipation, les ordinateurs personnels à forme humaine font fureur. Sortes d’androïdes, ils s’interposent dans les relations humaines, remplaçant petit à petit tout autre contact extérieur. Ils allient en effet des fonctions de service indispensables à une perfection esthétique de l’apparence.

     

     

     

    Hideki est un étudiant fauché, timide et maladroit avec la gent féminine. Il rêve d’avoir son propre ordinateur de compagnie et le jour où il en trouve un abandonné dans les ordures, il le ramène chez lui.

     

     

     

    Il s’avère que ce modèle, qu’il baptise « Tchii » car ce sont les seules paroles qu’elle prononce (cet ordinateur a une apparence féminine), n’appartient à aucun constructeur connu… il pourrait s’agir d’un « Chobit », des prototypes personnalisés très originaux dotés d’une indépendance de pensée et de sentiments inhabituels.

     

     

     

    Il est toujours assez difficile de « résumer » un manga car beaucoup de détails passent par le graphisme et les intrigues se développent souvent sur plusieurs dizaines de volumes…

     

     

     

    Je n’ai lu que les 4 premiers tomes de cette série jusqu’à présent.

     

     

     

    Ce qui m’a plu c’est la réflexion sur la place des machines sophistiquées dans notre société et les rôles qu’on leur attribue.

     

     

     

    « Chobits » de Clamp aux éditions Pika

    Blogmarks

  • Bonjour !

    Aujourd'hui, j'ai envie de partager ce roman avec vous. Il s'agit du premier tome des "Chroniques de la Vallée des Larmes". Vous pouvez déjà admirer la couverture que je trouve très réussie.

    Pour découvrir l'univers de cet auteur et de ses oeuvres, cliquez sur l'image

    C'est un auteur qui m'est particulièrement cher. C'est grâce à lui que j'ai découvert Tolkien (qu'il considère comme un maître) et le monde de la fantasy. J'ai donc lu "Le Seigneur des Anneaux" (auquel "Von Köln" s'apparente) et par la suite d'autres titres dont "La Tapisserie de Fionavar" de Guy Gavriel Kay qui m'a également fait forte impression à l'époque.

    Von Köln est le personnage central du roman qui porte son nom. C'est un Seigneur des Runes lié à la Mort, un Autar.

    Il cherche à rassembler autour de lui de jeunes gens aux talents prometteurs afin de leur enseigner l'art de lutter contre les Ténèbres. En effet, le royaume de Sichéla où ils demeurent tous est menacé par d'obscures créatures qui avilissent et détruisent ce qui se trouve sur leur passage.

    Le style de l'histoire est plaisant, écrit avec beaucoup d'humour dans les dialogues et on s'attache rapidement aux personnages. Parmi les aventuriers, mes préférences vont à Printhal, la jeune bergère qui apprend à dominer sa peur, Nurem, le forgeron au grand coeur, Flumaris, l'Elfe déraciné, Inora, l'amie des bêtes et une mention spéciale à Pierre-Qui-Se-Mouille, le Bawal, petite créature des Marais... ça fait déjà beaucoup mais ils sont tellement liés qu'il est difficile de faire un choix !

    En tout cas, si vous aimez l'heroic fantasy ou si vous connaissez quelqu'un de votre entourage (je l'ai fait lire autour de moi et les adolescents à partir de 12-13 ans adorent également...) qui aime les univers imaginaires, les chevaliers et les créatures chaotiques, les quêtes initiatiques et les sortilèges... ce livre est une excellente idée de cadeau.

    Il est édité par une petite maison d'édition Bénévent (désormais chez Edilivre) mais peut se commander sur internet si vous êtes habitué d'Amazon, Alapage ou FNAC.com (pour ne pas les nommer !).

    "Von Köln. Chroniques de la Vallée des Larmes T.1" par Serge Thomas.

    Il est normal de défendre les livres qu'on aime... surtout s'ils ne sont pas très médiatisés, non ?

    Blogmarks Pin It

  • Blogmarks

  •  

    Bonjour !

    Aujourd'hui, j'ai envie de partager ce roman avec vous. Il s'agit du premier tome des "Chroniques de la Vallée des Larmes". Vous pouvez déjà admirer la couverture que je trouve très réussie.

    Pour découvrir l'univers de cet auteur et de ses oeuvres, cliquez sur l'image

    C'est un auteur qui m'est particulièrement cher. C'est grâce à lui que j'ai découvert Tolkien (qu'il considère comme un maître) et le monde de la fantasy. J'ai donc lu "Le Seigneur des Anneaux" (auquel "Von Köln" s'apparente) et par la suite d'autres titres dont "La Tapisserie de Fionavar" de Guy Gavriel Kay qui m'a également fait forte impression à l'époque.

    Von Köln est le personnage central du roman qui porte son nom. C'est un Seigneur des Runes lié à la Mort, un Autar.

    Il cherche à rassembler autour de lui de jeunes gens aux talents prometteurs afin de leur enseigner l'art de lutter contre les Ténèbres. En effet, le royaume de Sichéla où ils demeurent tous est menacé par d'obscures créatures qui avilissent et détruisent ce qui se trouve sur leur passage.

    Le style de l'histoire est plaisant, écrit avec beaucoup d'humour dans les dialogues et on s'attache rapidement aux personnages. Parmi les aventuriers, mes préférences vont à Printhal, la jeune bergère qui apprend à dominer sa peur, Nurem, le forgeron au grand coeur, Flumaris, l'Elfe déraciné, Inora, l'amie des bêtes et une mention spéciale à Pierre-Qui-Se-Mouille, le Bawal, petite créature des Marais... ça fait déjà beaucoup mais ils sont tellement liés qu'il est difficile de faire un choix !

    En tout cas, si vous aimez l'heroic fantasy ou si vous connaissez quelqu'un de votre entourage (je l'ai fait lire autour de moi et les adolescents à partir de 12-13 ans adorent également...) qui aime les univers imaginaires, les chevaliers et les créatures chaotiques, les quêtes initiatiques et les sortilèges... ce livre est une excellente idée de cadeau.

    Il est édité par une petite maison d'édition Bénévent mais peut se commander sur internet si vous êtes habitué d'Amazon, Alapage ou FNAC.com (pour ne pas les nommer !).

    "Von Köln. Chroniques de la Vallée des Larmes T.1" par Serge Thomas.

    Il est normal de défendre les livres qu'on aime... surtout s'ils ne sont pas très médiatisés, non ?

    Blogmarks Pin It

  • Connaissez-vous "Les Annales du Disque-Monde" ?

    Il s'agit d'une gigantesque saga de fantasy (je crois qu'actuellement on compte 29 tomes) écrite par un maître de l'humour absurde et de la parodie. Parmi les précédents volumes que j'ai lus, mes deux préférés sont "Mortimer" pour son personnage de LA MORT qui est vraiment extra et "Trois soeurcières" pour son trio éponyme. C'est le genre de livre où l'on ne peut s'empêcher de pouffer tout seul à chaque page (pas très distingué dans les transports en commun quand ça vous arrive !).

    J'ai terminé le mois dernier le huitième volet de cette saga et "Au guet" complète sans problème mon

    tiercé gagnant.

    Dans la "belle" cité d'Ankh Morkpock (je ne suis plus très sûre de l'orthographe...), sévit un effroyable dragon (!) qui va remettre au goût du jour les services des gardes du Guet, souvent tournés en dérision par des citoyens peu respectueux des forces de l'ordre.

    On croise au fil des pages une gargantuesque éleveuse de dragons des marais, à l'estomac très fragile et au système digestif complexe (les dragons pas l'éleveuse...), un garde ultra scrupuleux élevé chez les Nains de la montagne, une confrérie secrète, un bibliothécaire anthropoïde... et bien d'autres personnages, tous plus truculents les uns que les autres.

    Je conseille vivement cette lecture réjouissante aux amateurs du genre.

    Blogmarks Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique