•  

    "Je suis la chaleur de ton foyer par les froides nuits d'hiver, l'aimable ombrage qui te protège du soleil d'été, et mes fruits les gorgées rafraîchissantes qui étanchent ta soif au cours de tes voyages. Je suis la poutre qui soutient ta maison, le plateau de ta table, le lit sur lequel tu te couches, et le tronc creux de ta barque. Je suis le manche de ta pioche, la porte de ta demeure, la coque de ton berceau, les planches de ton cercueil. Je suis le pain dela bonté et le parterre de la beauté. Toi qui passes à côté de moi, écoute ma prière. Ne me fais pas de mal."

    (Prière portugaise traditionnelle)


  •  

    C'est un grand album écrit et illustré par Dedieu dont je vous parle aujourd'hui :

    "Le mangeur de mots" publié au Seuil Jeunesse est l'histoire d'un petit garçon, Le Bougni, qui aime tellement les mots que ceux-ci se téléscopent dans sa bouche et que son entourage a du mal à le comprendre lorsqu'il parle (ce qu'il ne cesse de faire !).
    Mais un jour il fait la découverte que l'on peut s'exprimer autrment que par la parole et que cela permet de communiquer égalament avec les animaux, les plantes et les objets !! Il devient donc muet, préférant ces nouveaux langages corporels multiples à la langue étriquée des humains. Placé dans un institut spécialisé avec d'autres enfants dans on cas, il va revenir à la parole après avoir rencontré la fille du concierge dont il tombe amoureux...
    J'aime le graphisme particulier de ce livre aux formes simplifiées et aux couleurs contrastées.
    Un très bel album sur la parole à partager avec des enfants à partie de 5 ans, peut-être 7, je ne sais pas trop.


  • Le dernier objectif tricoté sur le projet de pochette de Nanane consistait à deux rangs de jersey envers et quatre de tissage :

    Je trouve que ça ressemble beaucoup aux damiers et ça ne m'a pas posé de difficultés.

    Pour répondre à quelques questions : je vais poursuivre la première version (en essayant de ne plus faire d'erreurs) et je la garderai pour moi en tentant de camoufler le décrochage à la couture.


  •  

    Cela faisait un moment que j'admirais ces petites grilles de Mady et je me suis décidée d'en broder une :

    J'ai utilisé un des fils de Sylvitamine dont les teintes se marient bien avec mon projet.

    J'en ai fait une carte que j'ai envoyée à mon amie Marie-Françoise qui m'a permis de me mettre au tricot en m'offrant tout un lot d'aiguilles à tricoter !


  •  

    "A quoi bon avoir une maison si l'on n'a pas de planète acceptable où la mettre ?"

    (Henry David Thoreau)



  • Je vous l'avais présenté encombré de toutes les boîtes de pièces triées par couleurs cet été... Voici la petite avancée de ce grand puzzle de 5000 pièces :

    Avancée sur le puzzle de la licorne
    Et je fais un zoom sur un détail en haut vers le milieu pour Guylaine :

    Avancée sur le puzzle de la licorne
    Tu as vu ; il y en avait un deuxième !!!


  •  

    Bon, j'avoue que là j'ai été dure avec vous et en plus le zoom était légèrement flou... Merci à tous ceux qui ont tenté leur chance malgré tout !
    Il s'agissait de trouver ça :
    Ni set de table en bambou, ni store vénitien à lamelles, ni lampe chinoise...
    C'est la spirale des rêves qui pend au plafond de ma salle à manger ! J'aime cette structure hélicoïdale colorée (je crois que c'est ainsi que l'on dit).


  •  

    "Non. On ne peut pas parler d'intelligence dans le règne végétal. Les plantes s'adaptent, communiquent, se défendent, mais il s'agit de phénomènes automatiques. Pour être "intelligent", il faut pouvoir hésiter se tromper. La plante ne le fait pas."

    (Francis Hallé, interviewé pour Télérama par Weronika Zarachowicz)


  •  

    J'ai emprunté ce court roman pour ados de la collection Lampe de Poche de chez Grasset un peu par hasard à la médiathèque et j'en ai été très contente.

    Dans un petit village de montagne où les femmes ont l'habitude de travailler dur toute la journée pour élever les enfants, cultiver la terre et s'occuper aux tâches domestiques, Najwa est contrainte de rester allitée si elle ne veut pas perdre le bébé qu'elle porte. Pour essayer de la faire tenir en place, son mari, Youssef, lui achète une télévision, objet rare et précieux qui va devenir un drôle d'enjeu dans le village...
    Cela commence un peu comme une fable mais finalement ce roman aborde les thèmes de la condition de la femme, de l'importance des loisirs et des relations entre voisins. J'ai adoré le personnage de la vieille Oum Khalifé, sage-femme (dans tous les sens du terme !), guérisseuse et par là un peu sorcière.
    Je vous recommande donc cette sympathique lecture (à partir de 12 ans).


  • Eh oui, ça y est !!! je suis venue à bout de mes trois pelotes de laine chinée rouge et violine :

    C'est Crinoline, mon modèle attitré pour les défilés d'écharpes qui vous la présente...
    Elle est partie tenir chaud à une amie lorraine (l'écharpe pas la dragonne !).






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires